apprivoiser l'écriture sous toute ses formes
Sylvie Callet, écrivain & formatrice vous accompagne
fondQui suis-jebibliographieMon actualiteEn lien avec
fond
Formation aux écrits professionnelsAnimation d'ateliers d'écriture créativeEcriture de communicationDévelopement personnel
 
 

SYLVIE CALLET
Mot aimé : le lien – quand il unit - Mot détesté : le lien – quand il entrave

 

 


MES DIFFERENTES CASQUETTES AUTOUR DE L'ECRITURE

Je suis une fille du Midi née à Paris et vivant à Villefranche sur Saône, dans le Rhône. Tout ça pour vous dire que je n'en suis pas à une contradiction près.
Je n'aime pas les étiquettes ni les a priori. J'ai développé différentes activités autour de l'écriture et c'est tant mieux : une activité nourrit l'autre ! Je suis à la fois écrivain, rédactrice, membre du comité de lecture des éditions du Caïman, lectrice de textes littéraires (en vue d'établir des diagnostics), formatrice aux écrits professionnels et animatrice d'ateliers d'écriture.


Je travaille pour des organismes de formation, pour des commanditaires divers et pour l'association caladoise Ecriture & Papyrus dont je suis la fondatrice et la coordinatrice culturelle.
En plus de mes interventions, je passe donc une grande partie de mon temps à gérer des demandes, des inscriptions, des adhésions, à compter, à communiquer, à réécrire, à planifier, à organiser et à concevoir, parfois à annuler, des stages, des formations, des ateliers mais aussi des randos, des "tables ouvertes", des rencontres artistiques... En 2017, j'ai suivi une formation à la bibliothérapie créative avec Régine Detambel et ai conçu par la suite des ateliers de biblio-soin en direction des médiathèques, établissements hospitaliers etc.

Mes livres se suivent et ne se ressemblent pas. Seule contrainte : se frotter à l'écriture un peu chaque jour. Avancer, même à l'aveuglette. Créer et me retrouver, me retrouver en créant.

J'aime la mer, la Provence, l'italien, le non politiquement correct, ceux qui essayent, ceux qui créent, ceux qui osent, la courtoisie, la ponctualité, lire, les gens cabossés, les gens compétents, l'argot, la poésie, l'eau, le poisson, le cinéma, les soleils blancs et l'humour slave.
Je n'aime pas l'esprit dit "hiérarchique", la routine, le mépris et les fruits de mer.

Pour moi, tout type d’écriture est une façon de créer du lien, pourvu que cette activité soit accompagnée de respect, d’écoute, de bienveillance, d’échange.

HAUT DE PAGE

MON EXPÉRIENCE

Formatrice aux écrits professionnels depuis 2001 pour des organismes de formation publics et privés (lieu d'intervention : France)
Titulaire d'une
Licence professionnelle Droit, Economie, Gestion, mention Gestion des Ressources Humaines spécialité "Formation d'adultes" (Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse).

Animatrice d'ateliers d'écriture depuis 2002 pour l'association Ecriture & Papyrus, à Villefranche sur Saône : ateliers à thème - autobiographie, fiction, poésie, érotisme, écriture du roman - et stages en binôme - écriture et rando, écriture et théâtre, écriture et vin, écriture et art, écriture et psychogénéalogie...

Intervenante sur sites (ateliers d'écriture, ateliers de parole) : établissements municipaux, maison d’arrêt, institutions pour personnes âgées, hôpital, lieu ressource, maison familiale, lycée agricole, centre social, médiathèques...

Intervenante auprès de particuliers (sur demande, devis gratuit).

Intervenante à ALEPH ECRITURE (Lyon 2002-2007) :
ateliers d’écriture hebdomadaires 1er et 2e année,
ateliers thématiques, stage “Oser écrire”, formations aux écrits professionnels.

Rédactrice en écriture de communication : plaquettes de présentation pour diverses institutions (hôpital, MJC...) courriers etc
.

Ecrivaine (cf. page bibliographie)

HAUT DE PAGE


MES COUPS DE COEUR "LITTERATURE"

Découverte septembre 2012 :

"Avec tes mains "
Ahmed Kalouaz, éd. Babel Actes Sud

Mon avis : Un hommage au père venu d'ailleurs, écrit dans une écriture sobre et tendue qui émeut profondément.

Découverte mai 2012 :

"Limonov "
Emmanuel Carrère, éd.
POL
Mon avis : Un réel talent de conteur au service d'un personnage ambigu mais néanmoins captivant. Un succès mérité.

Découverte janvier 2012 :

"Rien ne s'oppose à la nuit "
Delphine de Vigan, éd. JC Lattès

Mon avis : Un livre autobiographique qui traite de la difficulté d'écrire sur ceux qu'on aime et sur ceux qu'on a aimés, envers et contre tout. Un livre à la frontière de la folie, qui nous rend vacillant et interroge notre regard sur les êtres qui nous sont chers. Un livre sur la transmission, sur tout ce qui coule en nous à notre insu à notre corps défendant, un livre qui crie pour faire entendre ce que tout le monde sera, cette fois, bien obligé d'écouter.

Découverte septembre 2011 :

"Les insurrections singulières "
Jeanne Bénameur, éd. Actes Sud

Mon avis : Télérama en parle si bien qu'il est inutile d'en rajouter. Ce livre est précieux. Un conseil : lisez-le !
"
Jeanne Benameur observe la vie, les re­lations familiales, les amours fragiles, les amitiés porteuses d'espoir. Elle fait d'Antoine un être qui ressuscite d'entre les ­oubliés - les muets, ceux qui n'ont pas le droit à la parole, et si peu à la littérature. A phrases tendues, parfois nettes comme de la poésie, elle l'accompagne dans son cheminement, lui invente une vivacité : « Pour­quoi suis-je allé travailler à l'usine ? Des générations d'ouvriers m'ont-ils fait baisser la tête ? » Celui qui en a « marre de faire l'imposteur » décide de ne plus « ravaler la fureur » et part à la recherche d'une dignité." (Télérama)

Découverte juillet-août 2011 :

"Le cimetière de pianos "
José Luis Peixoto, éd. Folio

Mon avis : une écriture anachronique tendue et hypersensible. Une poésie à la limite de l'asphyxie, la violence des non-dit. Lisbonne en toile de fond, l'ébénisterie comme passion et le piano en guise de fil rouge. Au coeur d'une famille portugaise, déchiré et déchirant, deux récits - celui du père et celui du fils - s'entremêlent jusqu'à nous confondre.

Découverte juin 2011 :

"Des vents contraires "
Olivier Adam (Grand Prix RTL - Lire 2009)

Mon avis : une écriture sensible et lumineuse, un tangage de mots en clair obscur. Un père seul avec ses deux enfants tente de ne pas sombrer. Au premier plan, mouvante et dangereuse, ardente et salvatrice, la mer aux eaux vert-de-gris a les vagues serrées.

Découverte mai 2011 :

"Dernière nuit à Twisted River "
John Irving éd. Seuil www.seuil.com

Mon avis : Une saga qui court sur trois générations et reprend en filigrane ou en plus "appuyé" tous les thèmes chers à l'écrivain. Evidemment, les ours y ont la part belle... la vie, la mort, la gastronomie et l'écriture aussi ! Ne reste plus qu'à attendre qu'un "ange à temps partiel" nous tombe du ciel. Un grand Irving !

Découverte avril 2011 :

"Une vie de pintade à Berlin " Portraits piquants des Berlinoises
Hélène Kohl
éd. Calmann-Lévy
Mon avis : Entre sa mythique currywurst et sa non moins célèbre bière, son goût de la fête et celui de l'indépendance, ses nombreux parcs et pistes cyclables, ses musées, ses contradictions, ses saunas et ses boites déjantées, voyagez dans Berlin comme si vous y étiez !

Découverte mars 2011 :

"Mon Vieux "
Thierry Jonquet
éd. Points
Mon avis : Canicule, maladie d'Alzheimer, chirurgie esthétique, clochardisation... Avec son talent et sa noirceur habituelle, Jonquet (décédé en 2009) flirte avec l'actualité récente sur fond de drame familial ;ça dépote sec dans les chaumières. Un bouquin frissonneux et frissonnant.

Découverte février 2011 :

Poésie contemporaine
"Engelures "
Frédérick Houder éd. Oniva et
"Versets satellitaires " Lionel Perret éd. Teckel Qu'un
Mon avis : Deux poètes d'ici et maintenant qui titillent le(ur) quotidien à coups d'humour déjanté et d'amour grinçant. ça swingue pour "Le plus beau des silences" de Lionel Perret, ça "hic (et nunc ?)" pour le prince-sans-rire Frédérick Houdaer. ça vous promet un "bonheur de chien", une "princesse sinusite" et un "auteur sans couvert", une occasion unique de rencontrer "Raspoutine au jardin" et "Le magicien d'Ozone". Comme l'écrit Jade Petit, en quatrième de couverture des Versets satellitaires : "On est fous ou bien ?" Oh ouais, j'crois bien !

Découverte janvier 2011 :

"Infrarouge "
Nancy Huston, éd. Actes Sud

Mon avis : à lire absolument. Une phrase relevée p. 133 : "... Dans la tête d'un macho, la mère est un nerf à vif. Dès qu'un homme me proclame fièrement, pour me familiariser avec sa culture : Ici la mère est sacrée, je sais avec certitude qu'ici les nanas trinquent."

Découverte décembre 2010 :

"Grenoble Parano "
(Titre original : "Putain d'vie") Sylvain Pettinotti, éd. Ravet-Anceau.

Mon avis : Plus noir que ça, tu meurs ! L'ex baveux Téo Lambert est un poissard. Attachant, voire séduisant malgré son nez cassé et son sale carafon, l'homme est victime d'une machination infernale : tout l'accuse d'un crime qu'il n'a pas commis. Contraint de fuir, traqué de toutes parts, Téo va devoir mener l'enquête dans les rues de Grenoble. Jusqu'à l'explosion finale... qui laisse après elle un grand silence.
Un tempo nerveux, de multiples rebondissements et un suspense haletant donnent à ce polar ambitieux un excellent goût de reviens-y.

Découverte novembre 2010 :

"Orages ordinaires "
William Boyd, éd. Seuil

Mon avis : la fuite et la reconstruction d'un homme en perte de repères. Captivant.

Découverte octobre 2010 :

"Les clous du fakir "
Pierre Hanot, éd. Fayard Noir Prix Erckmann-Chatrian 2009

Mon avis : Pierre Hanot est un peleur d'âmes, un écorcheur de vie, un écorneur d'envies, un écosseur de poids. Il décime les mots à grands coups de surin, il électrise la langue, il rauque and glauque, il crève la mollesse des proses et cogne dans le chagrin comme un boxeur fou. Aucun doute, Pierre Hanot est un tueur.

Découverte septembre 2010 :

"Demi-sommeil"
Eric Reihnardt ed. Actes Sud (format poche collection "points")

"Une étonnante maîtrise" Le Monde des livres. "Une perversité jouissive" Les Inrockuptibles.

 

Ouvrages d'auteurs que j'ai eu la chance de côtoyer :

"Chroniques imaginaires de la mort vive"
Philippe Annocque, Melville éditeur
Mon avis - Un livre à la poésie totalement envoûtante
Voir l'article extrait du "Matricule des anges" sur
http://vivrelivres.blog.mongenie.com

"Marseille sur maire " (polar) Serge-Yves Ruquet, éditions Jigal - Prix du Zinc 2008
L'avis de Zone Livre -
Une intrigue au cordeau comme SYR les affectionne, une verve insolente, des portraits hauts en couleur, une tchatche à mourir de rire, et une morale, oui, une morale, juste et un peu utopiste…

"Saint-Etienne Santiago " (polar) Jean-Louis Nogaro, éditions Ravet-Anceau
L'avis de Polar Noir -
Saint-Étienne Santiago est un roman sobre, comme le style de son auteur, sans artifice, qui tend à la fiction-réalité. Pas de gros budget, pas d'effets spéciaux, mais une intrigue bien menée à connotation politique qui, sans juger, rappelle que le passé a ses droits dans le présent.

"Nullipare"
Jane Sautière, éditions Verticales.
Mon avis - Un thème rarement abordé : le "mystère de ne pas avoir d'enfant".
Une écriture au scalpel pour dire le trop plein et l'in-concevable. Un livre fiévreux, bouillonnant de violence maîtrisée. Une déchirure du corps, entre sécheresse et ensanglantement.


"Une femme allemande"
Fabienne Swiatly, éditions La Fosse aux ours
Extrait de l'article sur remue.net : " On aime ce récit pudique, retenu et bruissant de la vie que porte en elle la femme allemande. Fabienne Swiatly a l’art du détail et de la mise en scène. On voit ce qu’elle raconte. On se sent y être."

"Rock'n Taule " Pierre Hanot , éditions Le Bord de l'Eau
Extrait :

Pourquoi je joue en taule ? Déjà plus de 130 concerts derrière les barreaux dictés par le hasard, la nécessité ou l’esprit de contradiction. J’aime les moments décalés, la frontière, la limite, entre les deux mondes, c’est encore ailleurs. Ca donne le sens de la fragilité, ça empêche de dormir et ça nourrit la poésie. Question paradoxe, la taule c’est le must : c’est parmi nous et en même temps c’est une planète à part, complexe, vivante et douloureuse. Ca te renvoie à ton ombre, le rapport à la violence, la punition, la mort et la vengeance, une montagne de points d’interrogation, à toi de trouver les réponses. Artistiquement, chanter en prison, c’est de l’ultimate combat. Faut faire jusqu’au bout et t’as intérêt à être convaincant : les mecs ont pas le blaire dans la culture, ils sniffent pas la poésie d’école et ils sont taggés au rap brut de brut. Pour leur faire avaler le sirop, faut s’éventrer des trucs sauvages et vitaux, après tout devient simple, les mecs te renvoient l’ascenseur et ça fait de la musique, c’est comme le tonnerre avec la pluie et les cyclones. Les conditions, c’est pas non plus 5 étoiles. On s’installe où on peut : salles de classes, cours de promenade, couloirs de détention, chapelles, salles de muscule, on pénètre des endroits à pendre les architectes, on partage la merde. Au moins, ça m’apprend l’humilité et le jour où je dormirai dans un palace, je partirai sans doute avec la serviette de bain et le cendrier. Après tout, je me trimballe en taule sans maquilleuse ni garde du corps parce que j’ai pas de corps à garder : quand je chante, je suis désincarné, au-delà de tout et ça me va comme ça. C’est de la médecine d’urgence, soigner les autismes et stopper l’hémorragie du ressentiment...


Ouvrage d'auteurs que je ne connais qu'à travers leurs livres :


"Les Chaussures italiennes"
Mankell, éditions Seuil

"Océan Mer" Alessandro Baricco

"Les Vivants et les Morts " Gérard Mordillat, éditions Calmann-Lévy

"La chorale des maîtres bouchers " Louise Erdrich

"Total Khéops " "Solea" "Chourmo" "Les marins perdus" etc. Jean-Claude Izzo

"L'Empreinte de l'ange"
Nancy Huston, éditions Actes Sud

"Le monde selon Garp " John Irving

"Cent ans de solitude " Gabriel Garcia Marquez

"Septentrion" Louis Calaferte

La liste serait infinie, merci à tous ceux qui peuplent de mots le noir de mes nuits.

D'autres coups de coeur sur http://vivrelivres.blog.mongenie.com

HAUT DE PAGE